Collection des bulletins
Bulletin de psychologie
Six numéros annuels constituent, depuis plus de 50 ans,
une documentation irremplaçable, avec des recensions
d’ouvrages et d’articles de revues.
PANIER
Votre panier est vide.
Numéro 556, tome 71 (fasc. 4), année 2018 - Varia
Référence : 556

Prix : 25.00 € TTC

Ajouter au caddie
Envoyer cet article Ă  un ami



Reeb (Laurence), Morin-Messabel (Christine), Kalampalikis (Nikos ).— Contre-stéréotypes de sexe et littérature de jeunesse, Bulletin de psychologie, Tome 71 (4), N°556, 2018, p. 727-738.
Résumé : La littérature de jeunesse est un support privilégié d'acquisition des modèles sexués. L'objectif de notre recherche est d’étudier l’impact de contre-stéréotypes de sexe présentés à travers des modèles auprès de 127 enfants de CE2-CM1 (63 filles et 64 garçons), dans le cadre de la littérature de jeunesse. Un questionnaire exploratoire a mesuré le lien avec le personnage et des éléments intentionnels faisant suite à l’histoire. Les résultats révèlent des scores supérieurs des filles par rapport aux garçons, et ce, pour toutes les questions. Des éléments que nous discutons et qu’il conviendra d’approfondir par la suite nous amènent à penser la nécessité de travailler sur les contre-stéréotypes de sexe auprès des enfants, de manière différenciée entre les filles et les garçons.
Title: Gender counter-stereotypes and children’s literature
Abstract: Children’s literature is a favored medium for the acquisition of gender role models. The goal of our research is to study the impact of gender counter-stereotypes with 127 third- and fourth-grade children (63 girls and 64 boys), presented through role models within the framework of children’s literature. An exploratory questionnaire assesses the relationship with the character and any behavioral intentions that result from exposure to the story. The results show superior scores with the girls compared to the boys for all questions. Several aspects of the results discussed here, all of which merit further exploration, suggest a need to work on gender counter-stereotypes with children, but in different ways with girls than with boys.

Chaume (Aurélie), Benony (Hervé), Jebrane (Ahmed).— Troubles du comportement et dysfonctionnement psychique chez des enfants de 5-6 ans suivis en milieu scolaire, Bulletin de psychologie, Tome 71 (4), N°556, 2018, p. 739-748.
Résumé : Pour rendre compte du profil psychologique d’enfants de 5-6 ans porteurs de troubles du comportement (n= 38), suivis en institution scolaire, nous avons eu recours à une approche clinique comparative. Basées sur une batterie de tests évaluant l’efficience intellectuelle (Matrices de Raven), le degré de perturbation (Liste de comportement pour enfants) et la qualité narrative (test semi-projectif « Attachment Story Completion Task »), les données de cette catégorie d’élèves ont été comparées à celles d’un groupe contrôle (n= 61). Nos résultats, en regard des normes cliniques propres à cet âge, rendent compte d’un fonctionnement psychique et de perturbations spécifiques. Notre discussion s’ouvre sur quelques pistes d’intervention pour cette population qui compte quelque 200 000 enfants en France.
Title: Behavioral disorders and psychological dysfunction in children of 5–6 years old observed in a school setting
Abstract: We employed a comparative clinical approach to assess the psychological functioning of children between five and seven years of age (n=38) with behavioral disorders, who were observed within the school institution. On the basis of a battery of tests evaluating intellectual ability (Raven’s Matrices), degree of disturbance (Child Behavior checklist) and narrative quality (“Attachment Story Completion Task,” a semi-projective measure), the data for this category of students was compared to that of a control group (n=61). Compared to the clinical norm for this age group, our results reveal a specific psychological functioning and particular disturbances. The ensuing discussion opens up some potential options for intervention within this population, which amounts to some 200,000 children in France.

Vennat (Delphine), Panagiotou (Danaé), Mellier (Denis).— Idéologies hypermodernes, quels enjeux dans la construction de la parentalité ?, Bulletin de psychologie, Tome 71 (4), N°556, 2018, p. 749-757.
Résumé : Les idéologies hypermodernes valorisent l’individualisme et la réalisation de soi. L’objectif de cet article est de montrer leur impact sur l’accès à la parentalité après la naissance. Cet impact serait important, car la parentalité passe, alors, par des bouleversements identitaires, qui fragilisent les individus. Le soutien légitime du groupe familial risque, ici, de faire défaut au parent. Cette hypothèse est d’abord discutée avant d’être illustrée par un cas clinique. La dépression maternelle post-partum, si fréquente actuellement en Occident, s’accompagne ainsi d’une faiblesse du soutien groupal de la mère. La disparition des rites, qui étayaient le devenir parent, laisse également les individus seuls avec l’injonction de devenir autonomes. Un exemple montre comment, chez une mère, le sentiment de solitude très fort après la naissance perdure jusqu’aux 18 mois du bébé. L’absence réelle de l’étayage par sa famille se double d’une injonction, que cette mère a intériorisée très tôt, de « se débrouiller » par elle-même. Le cas clinique est issu d’un matériel recueilli dans le cadre d’une recherche doctorale. Les familles retenues pour l’étude habitent une zone urbaine en France. Dans ces familles, la mère vit avec le père de l’enfant, elle est primipare et a entre 18 et 40 ans. Le suivi a été réalisé au domicile des parents en huit étapes : avant les 2 semaines du bébé, puis à 6 semaines et à 3, 6, 9, 12, 15 et 18 mois du bébé.
Title: Hypermodern ideologies and their impact on the construction of parenthood
Abstract: Hypermodern ideologies valorize individualism and self-realization. The purpose of this article is to show what impact they may have on the development of parenting following birth. This impact is significant because becoming a parent involves shifts in identity that tend to weaken individuals. Legitimate support from the family group may fail the parent here. We first discuss this hypothesis and then illustrate it with a clinical case. Maternal postnatal depression, now so common in the West, is accompanied by a lack of group support for the mother. The disappearance of those rites that used to aid in the transition to parenthood leaves individuals alone, faced with the injunction to become autonomous. An example shows how a mother’s acute feelings of loneliness following birth lasted until the baby reached eighteen months old. In her case, a real lack of family support is coupled with an injunction, which she internalized very early, to “manage” by herself. The clinical case comes from material collected during a doctoral research study. Families selected for the study live in an urban area in France. In these families, the mother lives with the father of the child, is primipara, and is between eighteen and forty years of age. Observation was carried out at the parents’ homes in eight stages: before the baby was 2 weeks old, then at 6 weeks, and at 3, 6, 9, 12, 15 and 18 months.

Harrati (Sonia), Vavassori (David).— « Je ne suis pas mon père » : à propos d’une femme auteure de violence sexuelle et de la résonnance du trauma, Bulletin de psychologie, Tome 71 (4), N°556, 2018, p. 759-770.
Résumé : Cet article porte sur la violence sexuelle des femmes et la résonnance du trauma. À partir d’un cas clinique de femme auteure de violence sexuelle, nous examinons l’agir sexuel violent depuis l’étude de sa dynamique en relation avec le fonctionnement psychique et l’histoire individuelle du sujet. Nous recherchons en quoi l’agir sexuel violent peut constituer une réponse face à un conflit intrapsychique par la modalité d’une mise en acte et révéler des nœuds de vulnérabilités psychiques et sociales, dont l’expression varie selon les contextes et les moments d’une histoire individuelle. Nous montrons en quoi l’agir sexuel violent peut être considéré comme une solution défensive, sous-tendue par des dynamiques psychiques complexes face à des angoisses majeures résultant du poids d’événements de vie traumatiques.
Title: “I am not my father”: On a female sex offender and the resonance of trauma
Abstract: This article focuses on sexual violence committed by women and the resonance of trauma. Based on a clinical case of a woman sex offender, we examine how the dynamics of sexual violence relate to the psychic functioning and individual history of the subject. We seek to understand how sexual violence can constitute a response to intrapsychic conflict by means of acting out, and how it can reveal knots of psychological and social vulnerability whose expression may vary according to the contexts and moments of an individual’s life story. We show how sexual violence can be considered as a defensive solution, underpinned by complex psychic dynamics in the face of major anxieties resulting from the weight of traumatic life events.

Peretti (Pascale).— Corps honteux et troubles neurologiques, Bulletin de psychologie, Tome 71 (4), N°556, 2018, p. 771-782.
Résumé : Honte et dégoût du corps apparaissent comme des affects massivement présents dans la clinique des sujets neuro-affectés. Les déconstructions psychiques et narcissiques, qu’engagent de telles affections neurologiques, impliquent un vacillement identitaire, fréquemment associé au sentiment de chuter dans le désir de l’Autre, tandis qu’un certain nombre de troubles cristallise, en outre, la honte de ces sujets autour d’un corps qui défaille, qui chute ou qui s’autonomise, échappant totalement au contrôle de la volonté. Sur la base de quelques exemples cliniques, issus d’une consultation psychologique ambulatoire, dans un service de neurologie en milieu hospitalier et d’un passage par le traitement socio-historique de ces troubles, nous nous proposons d’examiner ce qui fonde l’affect honteux dans cette expérience d’un corps qui « laisse tomber » le sujet ou qui se révèle incontrôlable, comme déshabité, « rendu à lui-même » ou à sa seule nature pulsionnelle : qu’est-ce qui choit véritablement pour le sujet et se dévoile ainsi au regard de l’Autre et quels peuvent être les manifestations réactionnelles et les modes de « relève » de la honte ?
Title: Body shame and neurological disorders
Abstract: Shame and disgust in relation to the body are regular features in clinical cases of neurologically damaged patients. The psychic and narcissistic deconstructions involved in such neurological disorders bring about the kind of vacillation of identity usually associated with the feeling of falling in love with the Other. Moreover, in a number of disorders, the shame of the subject crystallizes around a body that fails, falls, or becomes autonomous, totally independent of the subject’s will. On the basis of several clinical cases from a hospital neurology practice, and through the socio-historical treatment of these disorders, here we propose to examine the basis of the affect of shame in this experience of the body’s “dropping” of the subject and its becoming uncontrollable, as if abandoned to itself and its raw instincts. What exactly is it that falls for the subject and thus reveals itself to the gaze of the Other, and what may be the subject’s responses to this shame, and ways of “relieving” it?

Pelladeau (Élise), Marchand (Jean-Baptiste).— De l’intérêt de l’usage des méthodes projectives comme levier thérapeutique dans la prise en charge des patients en Unité pour malades difficiles (UMD), Bulletin de psychologie, Tome 71 (4), N°556, 2018, p. 783-794.
Résumé : Dans le cadre de cet article, il s’agit de présenter la spécificité de l’usage des tests projectifs dans un cadre de soins spécifiques, à savoir en UMD (Unité pour malades difficiles). Après avoir présenté les particularités de ce lieu de soins aux caractéristiques inscrites dans une hyper-contenance topique et psychique, nous revenons sur les enjeux inhérents à la situation projective, comme sur ses retentissements potentiels dans ce cadre de soins. En nous appuyant sur les aspects institutionnels, mais aussi sur le cas de M. X, dont les enjeux cliniques se situent au carrefour de l’extrême et de l’informe, nous nous interrogeons sur les contours de la situation projective, tant dans son déroulement que dans les sollicitations transférentielles en jeu. Enfin, nous soulignons les finalités thérapeutiques potentielles, de même que les questions que soulève l’utilisation du Rorschach et du TAT, avec des patients, dans un lieu où l’une des fonctions soignantes inclue l’enfermement.
Title: The benefits of using projective test methods as therapeutic leverage in the treatment of patients who pose a danger to themselves or to others
Abstract: In this article, we explore the specific issues involved in using projective tests within a specific context of care, the Special Psychiatric Unit for Difficult Patients (Unité pour malades difficiles, UMD). After presenting the particularities of this unit, tasked with providing a hyper-containment on both the environmental and psychic level, we review the inherent issues relating to the projective test situation, and their potential repercussions within this particular context of care. On the basis of institutional specificities, but also using the case study of Mr. X, whose clinical characteristics lie at the crossroads of the extreme and the formless, we question the outlines of the projective test situation, the nature of its execution, as well as its solicitations of transference. Finally, we discuss the potential therapeutic outcomes, as well as the questions raised by the use of Rorschach and TAT with patients, at a site where part of the care package includes confinement.

• à travers les livres

Bulletin de psychologie — 17 rue de la Sorbonne - 75230 Paris cedex 05 - France — ISSN : 0007-4403 — bulletin@bulletindepsychologie.net — Conception du site : Tous-azimuts